Mois: mars 2014

Peinture & Ponçage

On ponce les poutres et le plafond de la petite maison en pierre. Mais avant, il faut arracher les dizaines de clous qui tapissent presque chaque centimètre carré de bois !!! ça ne devait pas coûter bien cher car il y en a partout et dans des endroits assez bizarres, il existe même des « nids de clous ».IMG_0027

C’est Claude qui s’y colle et pour ça il revêt sa panoplie de « Super Bricoleur »IMG_0032….. Pas marrant à faire, mais indispensable avant de traiter le bois et de le teindre. Et comme on n’a pas l’électricité, tout est fait dans une ambiance rock and roll au son du groupe électrogène !IMG_0031IMG_0033

Quant à moi, je peins . Nous avons acheté 10 piquets de chataîgnier d’1,80 pour créer à l’extérieur une haie de vigne. Elle délimitera le chemin qui va de la boulangerie au champ de voisin. IMG_0034

Nous avons eu cette idée en allant au festival des Jardins à Chaumont sur Loire. Parmi les créations, celle-ci nous a particulièrement tapé dans l’oeil..surtout la couleur des poteaux. 88755820_oLe rouge basque met bien en valeur le vert des feuilles, alors j’ai peint les poteaux en rouge pinard  basque ; on dirait des crayons géants !IMG_0028

IMG_0029

Il ne reste plus qu’à les planter et à trouver des pieds de vigne. Ici, c’est plutôt le pays de la pomme, mais on devrait quand même pouvoir s’en procurer ! Comme il restait de la peinture au fond du pot, j’ai passé une première couche sur la nouvelle porte d’entréeIMG_0038. Le temps se chargera de la patiner.

IMG_0039

Un peu de technique

Plusieurs murs de la ferme ont été réalisés en torchis. Le torchis doit son nom à la « torche », un mélange de terre et de paille enroulé autour d’une latte en bois.

La nature du torchis est fonction du colombage sur lequel il vient se positionner.  » Cette armature en bois est posée sur un soubassement en pierre pour IMG_0046éviter les remontées d’humidité. La partie basse du torchis ne commence donc qu’entre 50 cm et 1 mètre. Les colombes (colonnes ou poteaux) ont une section variable qui varie entre 8×10 et 15×18 cm selon les cas : ainsi est fixée l’épaisseur du mur qui est aussi celle du torchis. L’espacement entre les colombes, la présence et le nombre d’écharpes (pièces de contreventement posées en biais) définissent le cadre de mise en oeuvre et affirment l’identité du torchis. » d’après « Terre crue  » de Bruno Pignal (Editions Eyrolles)IMG_0047IMG_0058

En Normandie, il existe différents systèmes de lattages spécifiques. Ils sont liés à la configuration de la trame en bois. Dans le Mortainais (Basse Normandie) , où se situe notre ferme,  » on met en oeuvre un treillis en lattes de 1 à 2 m clouées en alternance sur les faces intérieures et extérieures du pan de bois, en respectant un intervalle de 15 cm. Cet intervalle est ensuite bourré de torchis. Une partie des colombes est alors cachée par l’enduit ; c’est la technique de l’andouillage »… qu’il  va nous falloir apprendre à maîtriser pour rénover les nombreux murs en souffrance !OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA